vendredi, décembre 2, 2022
Accueil Actualité au sahel Tombouctou, ambigüité autour de la réussite de la campagne agricole 2022-2023

Tombouctou, ambigüité autour de la réussite de la campagne agricole 2022-2023

 Avec ses trois plaines : Daye, Amadia et koriomé , la commune urbaine de Tombouctou regorge plusieurs potentialités agricoles qui jadis assurent l’approvisionnement céréalière de plusieurs ménages. Vu les contraintes, cette année, les riziculteurs de Tombouctou  craignent une baisse considérable du niveau de la production et de la rentabilité des champs.

Exploitant de la plaine de DAYE- Tombouctou Photo : Mahamane Tounkara-Sahelnews

La région de Tombouctou est une zone agricole par excellence. Près de 80% de la population pratique l’agriculture depuis des décennies maintenant. Avec l’avènement  de la crise politique et sécuritaire de 2012, les conditions de vie des populations se fragilisent de plus en plus et l’insécurité alimentaire s’installe dans certaines parties du delta central du Niger. Une situation qui dit long sur les raisons qui justifient les difficultés auxquelles font face les paysans de la région.

 La cherté des intrants agricoles est le premier problème pointé du doigt par les paysans : « Le sac d’engrais est vendu aujourd’hui à 40.000 F CFA sur le marché alors que pour mon champ de 1 hectare il me faut au moins six sacs. »  estime Ousmane Maiga, cultivateur. Une flambée de prix que les gestionnaires et commerçants expliquent par les pressions économiques que subissent le pays depuis le début de la transition. À la nécessité d’utiliser les engrais chimiques, les réponses restent les mêmes. Plusieurs paysans nous confie que dès nos jours,  L’usage  des produits chimiques est plus que nécessaire vu le vieillissement et l’infertilité des sols.

La majorité des exploitations agricoles et superficies cultivées, sont sous culture pluviale. Cette année, malgré l’abondance des  pluies. La  plaine d’Amadia fait face à d’énormes difficultés en termes d’approvisionnement  en eau. Jusque-là , certains champs attendent d’être servi malgré le payement de la redevance qui s’élève à plus de 30.000 F CFA   . Selon le comité de gestion de la station de pompage : « l’irrégularité du service s’explique par un dysfonctionnement des  moteurs servant à pomper l’eau jusque dans les champs.» Une raison que plusieurs  usagers ne partagent pas et n’arrivent pas à comprendre.

En attendant la récolte de décembre, les paysans de la région de Tombouctou attendent avec des minces espoirs le retour à la normale de cette situation qui prend des proportions plus grande.

Par Albakaye CISSE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité-

Populaires

Tombouctou, ambigüité autour de la réussite de la campagne agricole 2022-2023

 Avec ses trois plaines : Daye, Amadia et koriomé , la commune urbaine de Tombouctou regorge plusieurs potentialités agricoles qui jadis assurent l’approvisionnement...

OFEM : Une lueur pour les femmes du Mali

Samedi 12 novembre 2022, la salle de l'institut des Hautes Etudes et des Recherches Islamiques Ahmed Baba a refusé du monde suite...

Droits des filles: le Mali a encore du chemin à faire

Depuis 2012, le monde célèbre chaque 10 Octobre  la journée internationale des droits de la jeune fille, afin d’inscrire l’importance du combat...

Grève des contrôleurs aériens en Afrique: les avions cloués au sol

(Bamako) ce vendredi 23 septembre 2022 marque le début d'une grève de 72 heures des contrôleurs aériens qui a paralysé les activités...

Recents Commentaires