vendredi, septembre 30, 2022
Accueil Campagne DIgitale TOMBOUCTOU : RETICENCE DES FEMMES ET FILLES A SE RENDRE A L’HOPITAL

TOMBOUCTOU : RETICENCE DES FEMMES ET FILLES A SE RENDRE A L’HOPITAL

La réticence des femmes et jeunes filles à se rendre dans les centres de santé ; une situation qui malheureusement provoque l’augmentation du taux de mortalité maternelle et infantile dans la ville Tombouctou et environnants 

Essentiellement âgées de 16 à 40 ans, certaines femmes du cercle de Tombouctou ne souhaitent pas, ou sont même interdit d’aller à l’hôpital. Un État de fait qui est l’une des principales raisons de la mortalité maternelle et infantile dans la région. Alors que les consultations prénatales et postnatales sont indispensables dans le processus de grossesse et d’accouchement car cela permet d’éviter les risques liés à la gestation parmi lesquels on peut citer : l’anémie, la carence, l’éclampsie   ou tout autre infection pouvant compromettre la vie de la femme ou de l’enfant.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces phénomènes qu’ils soient d’ordre culturel, économique ou social. Ainsi à la question de savoir pourquoi ces femmes ne fréquentent pas ces institutions de santé. Les avis divergent selon les personnes interviewéesPour Mme Cissé Fatoumata Traoré : « les patientes sont négligées surtout dans les hôpitaux publics, tu peux passer toute une journée à les attendre ils te dépassent sans se soucier c’est pourquoi celles qui ont de l’argent vont dès les cliniques et ceux qui n’en n’ont pas restent à la maison. En même temps ils ne prennent pas le temps d’expliquer aux femmes ce qu’elles ont vraiment et ce qui peut leurs arriver si elles refusent de revenir pour la suite des consultations prénatales ». Certaines femmes aussi sont empêchées par leur maris qui pensent que ça ne sert a rien d’aller à l’hôpital si tôt que les femmes sont généralement consultées par des hommes gynécologues qui selon Abdoulkader Djitteye, chef de famille «  en tant que bon musulman, je ne peux permettre que ma femme soit touchée par un autre homme. » 

« Les centres de santé à Tombouctou sont devenus des lieux ou la confidentialité n’est pas au rendez-vous. Même le secret professionnel est violé per les agents de santé. » Affirme Mme Cissé. Compte tenu du poids des valeurs culturelles qui pèse sur la femme dans la société ; elle est tenue selon la tradition à ne pas se montrer en public surtout lorsque la grossesse atteint la phase terminale.  Une situation contraignante qui oblige la femme à limiter ses mouvements en dehors de la concession familiale nous explique Fatouma Boudjouma traditionaliste et conseillère matrimoniale à Abaradjou.                                   Au mali , le rapport de mortalité est estimé à 325  décès maternels  pour 100 000 naissances vivantes pour la période des sept dernières années et les enfants qui sont nés moins de deux ans après la naissance précédente présentent le taux de mortalité le plus élevés soit 179 % contre 57% pour les enfants qui sont nés quatre ans ou plus âpres la naissance précédente et  Seulement 17 % des femmes de 15 à 49 ans à Tombouctou utilisent une méthode quelconque de planification familiale  (source : enquête démographique et de santé -2018 rapport de synthèse  Mali)

« C’est ma deuxième césariennes et j’ai toutes ces deux fois perdu mes bébés, je ne sais pas quelle est la véritable raison mais j’aimerai cas même  le savoir pour l’éviter une prochaine fois.» nous affirme Bintou Koyrakoye, patiente l’hôpital régional de Tombouctou.

Parce que la santé maternelle de la femme est étroitement liée au statut social et économique des femmes, il est essentiel de donner priorité à l’investissement dans les politiques et programmes de santé maternelle et de planification familiale, de sensibiliser les femmes à se rendre à l’hôpital. Aux agents de santé d’accorder plus d’attentions aux patientes et à la confidentialité sur leur état de santé, un espacement des naissances d’au moins 36 mois est aussi un moyen de réduire le risque de mortalité infanto juvénile. Il est donc nécessaire de prendre l’engagement d’améliorer la qualité et l’accessibilité des soins de santé procréative, cela exige d’amplifier et d’améliorer les systèmes santé et en même temps de dispenser aux femmes une éducation sanitaire et remédier aux facteurs sociaux et culturels qui sont susceptibles de décourager certaines des plus vulnérables de chercher des soins. 

Par Mariam TRAORE- Sahel News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité-

Populaires

Grève des contrôleurs aériens en Afrique: les avions cloués au sol

(Bamako) ce vendredi 23 septembre 2022 marque le début d'une grève de 72 heures des contrôleurs aériens qui a paralysé les activités...

Les Tombouctiens, des patriotes dans l’âme

La fête de l'indépendance est sans doute l'événement annuel à travers lequel les maliens affirment et démontrent leur amour pour la mère...

Burkina Faso: Le ministre de la défense limogé!

Le Lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba,Le Président burkinabè assure désormais l'intérim à la tête du ministère de la Défense Le...

Qemal Affagnon « tôt ou tard les données subtilisées seront exploitées »

La Direction générale des impôts du Mali aurait été la cible d'une cyberattaque qui remonte au mois de juin. Nous avons eu...

Recents Commentaires