vendredi, décembre 2, 2022
Accueil Culture Culture: le crépissage des mosquées à Tombouctou

Culture: le crépissage des mosquées à Tombouctou

Mosquée Sankoré – 2020 Hameye Toure/sahelnews

Depuis plusieurs décennies, les Tombouctiens procèdent tous les ans à l’entretien des mosquées Djingareyber et Sankoré (classées comme patrimoine de l’UNESCO). Lors de ces travaux d’entretien de ces lieux de culte toutes la ville se donne rendez-vous.

Historique

Les trois grandes mosquées (Djingarey ber, Sidi Yehia, et Sankoré) datent du moyenne Age.  Un Iman du nom de Al Aqib, l’iman de la mosquée Sankoré organisait les Tombouctiens en association de groupe d’âge pour faire face à ces travaux d’intérêt commun. Alors c’est ainsi que chaque année Djingarey ber, Sankoré jusqu’aujourd’hui font l’objet de travaux d’entretien.

Un rendez-vous incontournable de conservation du patrimoine architecturale historique de Tombouctou

Pour protéger ces lieux du culte de la détérioration, les populations se mobilisent. Les hommes, les femmes, et les enfants se rendent dès le matin sur les sites des grandes mosquée , dans une ambiance populaire pour l’entretien de mosquée et particulièrement le dimanche.  Ce travail touche vraiment les associations de groupe d’âge. Les maçons font le travail de crépissage des murs enlèvent les vieilles rognes pour le remplacer, le placement de goélette, de gouttière etc.  

Et cela continue à Tombouctou depuis le 16ème siècle, initier par l’Iman Al Aqib de Sankoré qui est mort en 1585. Et ça continue, ça se perpétue. Avant c’était le trois mosquées sankoré, Djingarey ber, sidi yehia mais à partir de 1939 le français ont revêtis la mosquée de sidi Yehia « d’Alhor (calcaire) et du ciment ».  Donc maintenant le travaux d’entretien collectif ne concerne que les deux mosquées seulement sankoré et djingarey ber.

Cela mobilise depuis très longtemps toutes les couches sociales : les Songhoy les Arabes les Tamacheq etc. Il n’y pas de différence d’âge et tout le monde travaille sans distinction de race. Et ce dans une grande cohésion sociale.  Les femmes aussi apportent de l’eau et de la crème pour les hommes.

 À midi après les travaux, les hommes jeunes et vieux par association de groupe d’âge mangent ensemble sous les chants et danses des femmes qui sont autant mobilisées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Publicité-

Populaires

Tombouctou, ambigüité autour de la réussite de la campagne agricole 2022-2023

 Avec ses trois plaines : Daye, Amadia et koriomé , la commune urbaine de Tombouctou regorge plusieurs potentialités agricoles qui jadis assurent l’approvisionnement...

OFEM : Une lueur pour les femmes du Mali

Samedi 12 novembre 2022, la salle de l'institut des Hautes Etudes et des Recherches Islamiques Ahmed Baba a refusé du monde suite...

Droits des filles: le Mali a encore du chemin à faire

Depuis 2012, le monde célèbre chaque 10 Octobre  la journée internationale des droits de la jeune fille, afin d’inscrire l’importance du combat...

Grève des contrôleurs aériens en Afrique: les avions cloués au sol

(Bamako) ce vendredi 23 septembre 2022 marque le début d'une grève de 72 heures des contrôleurs aériens qui a paralysé les activités...

Recents Commentaires